Accueil  〉  L'ACTUALITÉ  〉  Robotique : le robot devient l’auxiliaire de l’humain à Innorobo

21/06/2016

> Numérique

Robotique : le robot devient l’auxiliaire de l’humain à Innorobo

La 6ème édition du salon Innorobo s’est déroulée pour la première fois à Paris en mai dernier. L’ARDI était présente sur le stand du cluster régional Coboteam avec Thésame, Viaméca, Mont-Blanc Industries et Imaginove. Retour sur les grandes tendances observées sur cet évènement.

20160524 095951 resizedOriginaire de Lyon, le salon Innorobo a tenu sa 6ème édition à Paris. Plus de 200 exposants de 20 nationalités différentes sont venus exposer les dernières technologies et innovations dans le domaine de la robotique. Ce salon a été l’occasion de découvrir les dernières tendances à travers une étonnante variété de solutions innovantes.

La palette des robots s’élargit au fil des ans : robots industriels, formes humanoïdes bipèdes, exosquelettes, robots collaboratifs et drones intelligents… la diversité des modèles exposés était impressionnante. Les capteurs, sous toutes leurs formes, sont de plus en plus réactifs et performants. Ils permettent une meilleure interaction avec l’humain, favorisant l’émergence de robots collaboratifs.

Les grandes tendances du salon

Les robots progressent sur la mécanique et la cinématique mais les évolutions les plus spectaculaires sont celles qui sont enfouies au cœur du robot, celle qui se voient le moins en premier abord. Ce sont ce qu’on peut appeler les « technologies enfouies » ou « technologies invisibles », principalement logées dans les logiciels. Elles permettent aux robots d’être plus interactifs, plus sensibles à l’environnement et plus collaboratifs. Les progrès réalisés en Intelligence artificielle et reconnaissance vocale et faciale, par exemple, sont spectaculaires et offrent des perspectives étendues d’usages.

Les robots industriels, qui apparaissent assez classiques car existants depuis plus de 30 ans, se perfectionnent. Leurs performances évoluent, leurs mises en œuvre se simplifient et la volonté de sortir le robot de sa cage pour en faire un robot collaboratif s’affirme. Le robot devient l’auxiliaire de l’opérateur humain sur la chaîne de production, travaillant en symbiose et en bonne intelligence coopérative.

On voit aussi se perfectionner et devenir accessibles les robots humanoïdes personnels, capable de reconnaître les principales émotions et d'interagir avec leur environnement. Ils trouvent une place de choix dans les fonctions d’accueil, les centres commerciaux et des boutiques pour renseigner et guider les clients. Ils sont aussi de bons vecteurs de divertissement et d’amusement auprès de publics adultes et des enfants.

Dans le milieu professionnel, les exosquelettes font une percée remarquée et gagnent en maturité. Ceux-ci offrent maintenant de réelles perspectives d’assistance pour les travailleurs de force, d’assistance aux gestes répétitifs en production, d’assistance aux personnes handicapées et âgées. Ils trouvent aussi leur place de façon confidentielle dans le domaine militaire où la performance physique du combattant reste un enjeu majeur.

Le domaine médical n’est pas en reste et les solutions robotisées visent à apporter aux professionnels des solutions destinées à améliorer à la fois les gestes techniques médicaux et la gestion des ressources. La robotique médicale a effectué un véritable bond en avant technologique, et commence peu à peu à s’imposer dans les esprits des cliniciens, à faire sa place dans les établissements hospitaliers. Les robots médicaux commencent à équiper certains hôpitaux et cliniques français : confort opératoire accru, meilleure vue du champ d’opération, plus grande précision…

Les drones sont les nouveaux venus dans le paysage robotique. D’abord élaborés pour des besoins militaires puis de divertissements, ils trouvent aujourd’hui toute leur place dans des applications à fort potentiel de croissance. Bientôt, les drones volants pourront aussi circuler dans des bâtiments et des hangars dont ils ne connaissent pas la cartographie. Ils seront capables de numériser et photographier leurs environnements au fur et à mesure de leurs déplacements. Ils sont déjà utilisés dans de nombreux domaines et leur capacité à intervenir en support pour l’inspection et la maintenance de nombreux édifices et constructions est particulièrement appréciée : mise en œuvre rapide et simplifiée, coût réduit et accessibilité accrue.

Une bonne partie du salon était également dédié aux imprimantes 3D. L’impression 3D est en pleine évolution et  progresse rapidement. Les imprimantes 3D sont désormais capables d’imprimer des pièces de grande taille, en utilisant des matériaux divers : plastique, bois, résine, textile, certains métaux… Leur précision convient à la plupart des usages : certaines sont capables de déposer des couches de matériaux de 20 microns seulement, et la qualité augmente à mesure que les imprimantes progressent. Le marché de la 3D devrait progresser de près de 25% par an d’ici 2020 pour atteindre la somme de 17,2 milliards de dollars selon le cabinet A.T. Kearney. L’étude démontre notamment comment l’aéronautique et l’industrie, les deux secteurs ayant le plus pesé l’année dernière sur le marché de l’impression 3D, pourraient croître de 15 à 20% à l’horizon 2020. La santé est aussi un acteur majeur de cette technologie.

Quelques produits régionaux en vedette

Hoomano

La société lyonnaise Hoomano crée et déploie des logiciels pour les robots d’interaction, notamment les robots Nao et Pepper de Softbank Robotics, et Buddy de Blue Frog Robotics, afin de leur donner un rôle et un usage concret en entreprise. En véritable interfaces entre l’homme et la technologie, les robots ainsi programmés remplissent parfaitement leurs missions : assister sans remplacer et améliorer l’expérience utilisateur. Le robot devient une interface engageante entre l’homme et la technologie qui suscite de la curiosité et de l’émotion.

4D Virtualize

4D-Virtualize, société installée à Clermont-Ferrand, développe et commercialise un outil de prototypage virtuel permettant de concevoir les innovations de ses clients dans un environnement virtuel proche du cas d’usage final. Elle est constituée d’une équipe d’une douzaine d’ingénieurs, docteurs experts en robotique et en simulation prototypage virtuel. Comme exemple de réalisation : le projet ANR Safeplatoon porté par 4D-Virtualize a été labellisé par le pôle de compétitivité ViaMeca dans le cadre de sa thématique "Systèmes Intelligents & Robotique". Ce projet traite de la sûreté et de la coopération de véhicules autonomes. Il s'agit de la coordination de véhicules en convois reliés par un attelage virtuel, sans lien mécanique.

AKEO Bot

Installée à Château-Gaillard, dans l’Ain, la société Akeo propose des solutions innovantes pour l’usine du futur. Spécialisée dans l'intégration de vision et d'intelligence artificielle sur des robots multiaxes pour augmenter la valeur des chaînes de montage, elle a développé entre autre AkeoBot, solution modulable intelligente à applications multiples.

clotoo

La startup Grenobloise Clotoo a bien l’intention de créer un nouveau marché autour de l’impression 3D. Objectif : créer un véritable réseau de production collaborative d’objets 3D. Une vaste toile d’araignée, un “cloud” qui, grâce à cette organisation mutualisée, doit permettre de réduire de manière drastique le coût de production d’objets en petites séries, allant de 2 à 1 000 pièces. Clotoo concentre son déploiement sur les professionnels (designers, indépendants, TPE, PME), et envisage d’impliquer les particuliers dans son maillage de production dès 2019.

Easymov Robotics est une startup spécialisée dans la conception de logiciels et d’électronique pour la robotique basée à Clermont-Ferrand. A l’occasion d’Innorobo, Easymov a présenté son nouveau produit : un environnement de développement dédié à la conception de systèmes robotiques, simple et intuitif, à même de déployer et gérer des flottes de robots hétérogènes.

Toujours sur Clermont-Ferrand, Effidence a développé le robot de manutention Effibot qui collabore avec l’opérateur en le suivant automatiquement et en portant à sa place jusqu’à 300 Kg de charge. Il est capable ensuite de naviguer en pleine autonomie sans intervention humaine.

Staübli connu depuis plus d’un siècle pour ses innovations,  représenté au salon par l’établissement de Faverges, ouvre avec la gamme TX2 et le contrôleur CS9 un nouveau chapitre dans la coopération homme-machine. Des concepts comme Safe Speed, Safe Stop et Safe Zone autorisent l’homme à travailler côte à côte, sans barrière de sécurité.

Pour en savoir plus sur ce sujet, contactez :

ARDI Rhône-Alpes

Référent Stratégie Régionale d’Innovation

06 29 48 65 75

Contact général

Remplissez le formulaire ci-dessous et nous reprendrons contact avec vous dans les plus brefs délais.